mercredi 26 octobre 2011

Estouffade de boeuf languedocienne

Bonjour à tous et toutes. Le mois d'octobre s'achève dans le Lot et Garonne en festival de soleil et de douceur. Je me suis rendue ce matin comme souvent en saison automnale au marché du petit village proche de chez moi. J’adore l’ambiance de ces marchés. J’aimerais pourtant qu’ils aient lieu plutôt à partir de 18 heures. En effet qui peut aller au marché à 10 heures du matin : les retraités, les personnes qui ne travaillent pas (comme moi), les enseignants du primaire (quand le marché comme ici à lieu le mercredi) .
Pourquoi n’existe-t-il plus comme dans le passé, dans nos villes et nos villages, ce que l’on appelait les « marchés couverts ». C’est une question que j’aimerai bien posé à un maire !

L’autre réflexion, et celle-là me fait particulièrement mal, c’est l' impolitesse qui progresse un peu partout .
Imaginez un stand boucherie dans un camion frigorifique. Un étal bien propre, bien étiqueté en prix, en quelque sorte conforme à ce que tout client peut espéré :

"Bonjour madame", dit le boucher bien sanglé dans son tablier propre.
- munm
- Ça, 500 g , veux pas de gras, t’enlèves ce bout là. Dit en montrant du doigt une dame.
- Ca vous fait 5 euros 10, Madame, vous désirez autre chose.

Et la cliente , une dame un peu âgée s’en va après avoir payé sans dire : bonjour, merci, au revoir.

Alors moi j’en ais marre d’entendre que se sont les jeunes qui sont impolis, irrespectueux.
J’ai envie de dire à toute une génération de gens de mon âge c'est-à-dire la soixantaine (et Grand Dieu je n’ai rien à caché) que ces attitudes là sont intolérables et sont loin de montrer l’exemple.

Tout le monde veut du respect, de la politesse, de la courtoisie, tout le monde se plaint à la radio et ailleurs des incivilités. Mais si nous commencions par regarder en nous-mêmes et faire un petit bilan. Sommes-nous à la  hauteur ?

La gentillesse est une belle fleur. Mais elle ne fleurit pas si on ne l’arrose pas.
Je crois que la prochaine fois que je rencontre une situation identique, je ne me gênerais pas pour dire tout haut ce que j’en pense. Voilà c’était mon coup de gueule de la semaine et ça fait du bien.


ingrédients pour 4 personnes :
700 g de bœuf en gros cubes
1 oignon
2 cuillerées d’huile d’olive
25 cl de bon vin rouge
4 cl de calvados
4 cl de porto
1 bouquet garni (laurier-thym-poireau-romarin)
1 gousse d’ail
2 tomates (ou concentré de tomate)
Sel, poivre du moulin
10 cl de crème épaisse
70 g de lardons fumés

Préparation à commencer la veille:

1 - La veille, pelez et coupez en 4 l’oignon
Pelez l’ail et coupez-la en rondelles
Dans une jatte, mettre : Oignon, ail, bouquet garni et bœuf coupé en gros cubes
Salez, poivrez généreusement.
Arrosez le tout avec le vin, le calvados, le porto
Mélangez et laissez mariner en plaçant la jatte dans un endroit frais durant toute la nuit.
2 - Dans une cocotte en fonte, faites revenir les lardons fumés dans l'huile d'olive
Puis faites dorer la viande que vous aurez soigneusement égouttée dans du papier absorbant.
Ajoutez, oignon, ail et le bouquet garni de la marinade.
Mouillez avec le liquide de la marinade .
Ajoutez les tomates coupées en dés
Couvrir et laisser mijoter 2h30 à couvert, si la quantité de liquide est trop faible rajouter un peu d’eau
Avant de servir, rectifiez l’assaisonnement, ajoutez la crème
Servir l’estouffade dans des petites cocottes, accompagnée de purée de pomme de terre maison, ou de légumes vapeur… avec un bon pain de campagne.
Servir le même vin que vous aurez utilisez dans la marinade.

Il y a peu c'était mon anniversaire. Mon fils m'a offert ceci :

un OLIVIER, un petit arbre de 4 ou 5 ans. J'ai été émue . Je pense que c'est une belle idée à retenir pour les fêtes de Noël  , par contre dans le Nord de la France il faut avoir obligatoirement une véranda. Moi je le planterais dans un grand pot d'Anduze, et plus tard en pleine terre dans un endroit abrité.
Ma fille et mon gendre m'ont offert le très beau livre d'Anny Duperey "Le poil et la plume" une belle histoire d'amour.
J'ai deux comédiennes préférées : Anny Duperey et Catherine Frot.
Ils m'ont aussi offert de somptueux verres à Bordeaux.
----------------
La cheminée chuchote, Swan la chienne de mon fils confie son dos à la douce chaleur, Canelle la chatte qui louche à rejoint son perchoir sur l'étagère et ronronne doucement les yeux mi-clos. Il est temps de fermer les paupières de la maison pour la nuit. C'est l'heure silencieuse que je préfère, l'instant entre chien et loup où tout est suspendu, où les anges nous rendent visite.
Bonne soirée à tous et toutes.

mardi 25 octobre 2011

Boeuf aux poires et aux carottes



Les saveurs d'Automne ont envahi nos cuisines et pourtant l'été joue les prolongations. Pour ce plat longuement mijoté, j'ai associé les carottes des sables landais aux poires du verger. Ce sont des poires à cuire, trop dures pour être mangé au couteau, mais cuites elles sont délicates et parfumées. Le poivre de Sichuan réveille le tout et la viande qui a cuit longuement est tendre et moelleuse.




Pour 4 personnes

600 g de paleron
500 g de carottes
4 poires à cuire
1 oignon jaune
1 feuille de laurier
5 grains de poivre de Sichuan
1 cuillerée à soupe de fond de veau
2 cuillerées à soupe d’huile d’olive
Sel

1 - On verse 1 litre d’eau dans une casserole, on ajoute la cuillerée de fond de veau, on porte à ébullition. On réserve.

2 - On épluche les carottes, on les coupe en « siffler », on épluche l’oignon que l’on coupe en fines rondelles.

3 - On fait chauffer l’huile d’olive dans une cocotte en fonte, et on fait revenir les morceaux de viande. Quand ils sont dorés on les sort et on met les oignons, quand ceux-ci commence à colorer on remet la viande et on arrose le tout avec le fond de veau. On porte à ébullition, on rajoute les carottes, la feuille de laurier, les 5 grains de poivre de Sichuan

4 - On sale et on laisse mijoter à couvert et à feu doux pendant 3 heures.

5 - Après 2 heures 30, on épluche les poires en les gardant entières avec la queue, et on les met cuire dans la cocotte pendant 30 minutes.

6 - On sert bien chaud.
Mon astuce : Pour mijoter à feu doux et pour des cuissons longues j’utilise la plaque électrique de mon Wok en position -2-

 
 
 
 
On accompagne avec un vin rouge de la vallée du Rhône : Saint Joseph.

Pounti auvergnat

Voici un plat traditionnel auvergnat. Plat paysan qui utilise les produits de la ferme et du jardin potager. On dit l'Auvergnat pingre ...