vendredi 27 mai 2011

Confiture de cerises ratée....tarte aux cerises appréciée !

J'ai consacré  hier après-midi deux bonnes heures à dénoyauter des cerises que j'étais allée cueillir dans le verger afin de faire un peu de confiture. J'ai donc incorporé du sucre  et mis le tout au réfrigérateur pour la nuit, Ce matin j'ai fait cuire la confiture mais impossible de la faire géléifier, en désespoir de cause, ma confiture c'est transformée en tarte aux cerises.
J'ai mis la pseudo confiture à égoutter pour ne conserver que les fruits. Le jus servira pour aromatiser mes eaux fruitées du week-end.

J'ai confectionnée une pâte sablée au robot Krupp :

250 g de farine
125 g de sucre semoule
1 oeuf
100 g de beurre
1 pincée de sel

Petite astuce : depuis quelques temps je rajoute une cuillerée à café de vinaigre à la pâte, elle s'étale plus facilement.

J'ai étalé ma pâte directement sur du papier sulfurisé, c'est plus facile de la mettre dans le moule ensuite. J'ai piqué le fond avec les dents d'une fourchette et j'ai garni avec les cerises égouttées. J'ai fait cuire dans le four préchauffé à 180°,  25 minutes. Pendant la cuisson j'ai prélevé un grand verre de jus de cerise que j'ai fait chauffer, à ébullition j'ai rajouté 2 g d'agar-agar, j'ai laissé bouillir deux minutes. Au bout d'un quart d'heure de cuisson j'ai sorti la tarte et j'ai versé le jus sur le dessus, j'ai remis le plat au four pour les 10 minutes restantes. Et voilà une tarte succulente.
Les seuls perdants dans l'histoire ce sont les geais, qui m'ont copieusement invectivée pendant que je cueillais les cerises, ils n'auront pas droit à la tarte, na bien fait... !

Pour les grannymania des photos de mon coussin dans la petite chronique des cigales
Je vous souhaite une belle fin de journée que vous viviez à la Mer, à la Montagne, à la ville ou comme moi au fin fond de la campagne, pensez à économiser l'eau.....l'Eau c'est la Vie.

lundi 23 mai 2011

Les pommes de terre nouvelles de l'Ile de Ré

Elles sont ravissantes bien pelotonnées dans leur caissette en bois qui les protège, c'est la Rolls-Roy des pommes de terre. Leur saveur est unique, goût de mer et de noisette, sucrée comme celle des petits pois frais.
Elles sont délicates, fragiles c'est pourquoi elles sont vendues dans leur caissette spéciale pour les protéger des chocs, on les trouve seulement en Mai et Juin, et cette année elles sont particulièrement délicieuses.
Leur prix bien sur est en fonction : 6,90 euros les 1500 g, une petite folie.
Pour les faire cuire c'est aussi toute une histoire, un traitement de douceur.
1 - On ne doit pas les éplucher la peau à son importance dans le goût de toute manière elle est hyper fine. Il suffit de les laver à l'eau froide et de les essuyer dans un beau torchon propre. On coupe les plus grosses en deux ou trois morceaux.
2 - Dans une poêle à fond épais on fait fondre à part égale du beurre et de l'huile d'olive vierge extra. Quand la matière grasse "chante" on verse les pommes de terre toutes en même temps, et tout de suite on les retourne délicatement pour bien les enrober, et aussitôt on baisse le feu.
3 - On laisse cuire les pommes de terre doucement, lentement, il faut donner du temps au temps, peu à peu elles prennent une belle couleur caramélisée, puis leur peau se ride, c'est difficile de donner un minutage, mais il faut les surveiller du coin de l'oeil, quand la fourchette pénètre bien, que l'intérieur fond dans la bouche, elles sont cuites.
4 - On les sale, de fleur de sel de Guérande mélangée à une pincée de piment d'Espelette.
Elles feront agréable compagnie à une belle côtelette de porc fermier et une salade de votre choix. Quelques feuilles de menthe ciselées apporteront leur fraîcheur.
Et quand vous les dégusterez, pensez à ces hommes et femmes de l'île de Ré qui ont bichonnés ces merveilles pour notre plus grand plaisir.
Je vous propose d'accompagner cette bonne assiette d'un verre de Buzet rosé.

Après cette dégustation asseyons nous sur le banc près de la maison pour siroter un bon café, et pour mes ami(es) crocheteurs et crocheteuses (oui oui certains hommes s'y mettent) rendez-vous dans la petite "Chronique des cigales" pour mon deuxième coussin...
Je vous souhaite une belle et douce soirée.

jeudi 12 mai 2011

Salade des beaux jours (No cholestérol)

POUR QUATRE PERSONNES
200 g de riz long
150 g de petites crevettes décortiquées congelées
8 tranches fines de jambon découennées et dégraissées
1 poivron rouge
la moitié d'un concombre
3 grains d'ail nouveau
1 citron
3 cuillerées d'huile d'olive
poivre et sel
quelques feuilles de menthe
1 - Faire cuire le riz à l'eau bouillante salée le temps indiqué sur votre paquet.
2 - Laver le poivron et le demi concombre. Ôter les graines et les parties blanches du poivron le couper en petits cubes. Couper le 1/2 concombre en deux, ôter les graines, couper le en petits cubes aussi. Mettre décongeler les petites crevettes (elles sont déjà cuites).
Melanger le tout dans un saladier.
3 - Quand le riz est cuit le verser encore chaud sur les légumes et les crevettes et mélanger.
4 - Rajouter dans le saladier le jus de citron, l'huile d'olive. L'ail nouveau coupée finement. Saler et poivrer. Bien mélanger à nouveau et mettre au frais.
5 - Au moment de servir déposer deux belles cuillerées de salade sur une tranche de jambon, rouler le tout.
6 - Préparer deux rouleaux ainsi par assiette, attacher avec un brin de ciboulette (chose que j'ai malheureusement totalement oublié) garnir d'une crevette et d'une sommité de menthe.

Vous pouvez remplacer la tranche de jambon par une large tranche très fine de rôti de porc et la sauce vinaigrette par un peu de mayonnaise.


Pour accompagner un petit vin rosé frais du domaine de Chausse  de la Croix Valmer dans le Var.

Je vous souhaite une tendre et belle soirée que vous viviez à la ville, à la Mer,à la Montagne, à la Campagne.

dimanche 8 mai 2011

Aiguillettes de canard aux cerises

Ah les premières cerises... c'est toujours un grand bonheur! Quand on est enfant la première cerise de l'année est l'occasion d'un voeux, puis vient la   tradition du lancé de noyaux. Quand elles sont en abondance les cuisines embaument de l'odeur des clafoutis.
Cette année il a fait si chaud que tout vient en même temps, le mois de mai est le mois des roses, les fraises arrivent fin Mai et les cerises habituellement début Juin et bien cette année tout s'accélère et se chevauche. Le grand problème de ce printemps est le manque d'eau et les arbres fruitiers en souffrent beaucoup.
Je vous propose de cuisiner les cerises avec du canard. La viande de canard est propice à des préparations fruitées, j'ai choisi des aiguillettes de canard gras. C'est une viande maigre, la dénomination "canard gras" désignant les canards engraissés pour leur foie.


Pour 2 personnes
8 aiguillettes de canard
400 g de cerises fraîches dénoyautées
1 échalote
5 cl de floc de gascogne rouge
2 cuillerées à soupe de vinaigre balsamique
du poivre des 5 baies
huile d'olive et beurre

1 - Laver les cerises, les dénoyauter.
2 - Faire fondre le beurre et l'huile
3 - Essuyer les aiguillettes dans du papier absorbant
4 - Les faire cuire 2 à 3 minutes dans la matière grasse chaude sur les deux faces saler et poivrer au poivre des 5 baies. Réserver sur une assiette chaude
5. Mettre dans la poêle l'échalote ciselée et déglacer en raclant avec une cuillère en bois en versant les 5 cl de floc de Gascogne (vous pouvez remplacer avec de l'Ambassadeur ou du Byrrh, enfin ce genre d'apéritif) verser également  les 2 cuillerées de vinaigre balsamique.
6 - Verser les cerises avec leur jus. Remettre les aiguillettes. Couvrir laisser cuire 8 à 10 minutes.
7 - Dresser sur une assiette chaude servir aussitôt.

Pour accompagner un côte de Duras rouge du Sud-Ouest conviendra parfaitement.
Pensez très fort au problème de l'eau, je sais que certaine personne lave directement dans la cuve de l'évier leur salade et leurs légumes, c'est très mauvais d'abord parce que l'évier n'est pas un endroit hygiéniquement propre à 100 % et en plus en ayant une bassine que vous utiliserez uniquement à cet usage, vous pourrez récupérer l'eau pour l'arrosage de vos potées fleuries, vos fleurs seront contentes de cette attention. Le marc de café est aussi un excellent engrais pour vos plantes en pot ...pensez y.

Vous le savez, la "carréotite" m'a repris alors pour voir d'un peu plus prés le coussin rose dans la première photo du haut rendez-vous dans la petite chronique des cigales j'ai prévu de faire huit coussins dans les mêmes coloris mais différents au niveau des motifs pour mes chaises de jardin

Je vous souhaite une bonne fin de Dimanche passez une bonne soirée.

jeudi 5 mai 2011

Tomates et fraises...unies pour le meilleur !

POUR UNE ASSIETTE
PREPARATION / 15 MINUTES

Pour la salade
1 tomate
5 fraises
5 cm de concombre
poivre des 5 baies

Pour la sauce
1 cuillerée à soupe de miel
1 cuillerée à soupe de vinaigre balsamique
2 cuillerées à soupe d'huile de noisettes
sel





1 - Laver puis essuyer les tomates, laver puis égoutter et équeutter les fraises, laver le concombre.
2 - Couper les tomates en tranches de 1/2 centimètre environ. Couper les fraises  en tranches de 2 milimètres, couper le concombre en petits cubes après avoir éliminer les graines.
3 -  Sur une assiette blanche mettre les rondelles de tomate, recouvrir avec les "écailles" de fraises, mettre les cubes de concombre.
4 - poivrer avec le poivre des 5 baies.
5 - Préparer la sauce. Dans le mixer mettre tous les restes de découpe des tomates et des fraises. Mettre le miel, le vinaigre balsamique, l'huile de noisette, le sel, mixer.
6 - Verser la sauce sur les assiettes.

L'alliance tomate fraises est délicieuse, réveillée par le poivre, adoucie par la sauce au miel. A découvrir.


Je vous souhaite une belle et douce journée. Je suis en train de préparer de la confiture de fraise aux pétales de rose.

mardi 3 mai 2011

Tarte fine pomme et camembert

J'ai trouvé cette recette dans le magazine SAVEURS du mois de Mai; Ma touche personnelle a été le rajout de tranches fines de poitrine pour plus d'onctuosité. Je voulais voir quelle était l'alliance de saveur du camembert, des pommes et de la roquette. A dire vrai j'ai trouvé cela curieux, mais d'autres ont largement apprécié.
Le temps des Fraises est de retour, dans le Lot et Garonne nous sommes directement à la source. C'est un plaisir d'aller chercher ce fruit directement chez le producteur, en ce moment c'est l'époque de la Cléry puis en été ce sera la Charlotte et la Mara des Bois (au goût prononcé). La Fraise se prête à toutes nos fantaisies y compris à se retrouver dans les salades après l'avoir arrosée d'un jus de citron. Bourrée de vitamines C, bonne pour réguler l'acide urique, elle est avant tout un grand moment de gourmandise pour petits et grands. 


En cliquant sur la photo vous l'agrandirez. Recette du magazine SAVEURS du mois de Mai
1 – Préchauffer votre four à 200° Thermostat 7
2 – A l’aide d’une mandoline tailler les 2 pommes granny smith en fines lamelles.
3 – Tailler le camembert en tranches de 5 mm d’épaisseur
4 – Dérouler la pâte feuilletée, ourler et pincer le bord, puis piquer le fond avec une fourchette.
5 – Recouvrer la pâte avec les lamelles de pommes, ajouter la poignée de salade roquette, les 7 tranches fines de poitrine Herta, les tranches de camembert et les 2 poignées de pignons de pins. Poivrer, arroser d’un généreux filet d’huile d’olive.
6 – Enfourner pour 30 à 35 minutes (suivant les fours)
7 – Server chaud
Accompagner cette tarte fine au camembert d’un vin léger du Val de Loire ou choisir un grand cidre.

Je vous souhaite une belle journée, les blés sont montés à l'épi, je vis au milieu d'une mer verte qui ondule à chaque souffle d'air. Promenez-vous dans nos campagnes en ce mois de Mai elles sont fabuleuses.

dimanche 1 mai 2011

Coco de Paimpol pour accompagner le gigot...ou pas !

La viande d'agneau revient à chaque printemps. Je dois dire tout de suite que je ne suis pas une fanatique de cette viande que je trouve grasse. Mais pour accompagner le gigot et changer un peu des traditionnels flageolets, voici une recette avec des cocos. Souvenez-vous, je vous avais expliqué la constitution d'une réserve de ce fabuleux haricot frais en les congelant par petits pochons de 400 grammes Les cocos de Paimpol c'est ici.
Entre les soupes, les salades d'hiver, les purées, ma réserve baisse, bientôt viendront les haricots verts frais, mais en attendant pour faire de la place au congélateur, profitons encore du coco de Paimpol. C'est une vieille recette de campagne extraite du cahier de la mère de Baptiste, le berger provençal de Valensole.



400 g de coco de Paimpol congelés
4 jeunes carottes
3 branches de romarin nouveau
1 cuillerée à soupe de farine
6 tranches fines de pancetta italienne
3 cuillerées à soupe d'huile d'olive
40 cl d'eau ou de bouillon
1 feuille de laurier
3 brins de thym
sel et poivre
1 cuit vapeur
1 cocotte en fonte


1 - Je gratte les carottes et je les coupe en tronçon. Je mets l'eau dans le cuit vapeur, je dépose les branches de romarin, je mets dessus les haricots coco et les carottes. C'est parti pour 35 minutes de cuisson.
2 - Dans la cocotte en fonte je fais chauffer les 3 cuillerées à soupe d'huile d'olive, je mets à fondre les 6 tranches fines de pancetta, je rajoute la cuillerée à soupe de farine et je mélange bien, je laisse cuire deux minutes la farine pour faire un roux, je verse l'eau ou le bouillon, je mets la feuille de laurier et le thym, je sale je poivre. Je mélange bien, je baisse le feu.
3 - quand les légumes du cuit vapeur sont cuits, je les intègre à la préparation sauf les 3 branches de romarin que l'on peut jeter. je laisse mijoter doucement 15 minutes.
4 - Je sers avec le gigot, ou un rôti de veau, mais j'aime bien aussi simplement tout seul avec une tranche de pain de campagne.

 Je vous offre mes roses pour fêter le beau mois de Mai, le muguet est déjà passé. Je vous souhaite une très belle journée du 1er Mai, pensez à dire je t'aime à ceux que vous aimez et prenez grand soin de vous.

Pounti auvergnat

Voici un plat traditionnel auvergnat. Plat paysan qui utilise les produits de la ferme et du jardin potager. On dit l'Auvergnat pingre ...