lundi 31 août 2009

Salade de pommes de terre aux moules

La belle saison s’achève, l’été prend fin, mais on peut espérer que le mois de septembre soit enchanteur. Moi j’aime bien ce mois. Le matin et le soir, il fait plus frais, mais les journées sont lumineuses, la lumière prend une couleur dorée. Ceux qui prennent leurs vacances à cette période savent qu’ils seront mieux servis, que les commerçants seront plus détendus. Ce que j’aime aussi c’est l’agitation qui annonce la vendange. Le bruit des tracteurs, les remorques emplies de grappes, les rires des vendangeurs. Le dernier jour des vendanges, le repas qui clôture est pantagruélique, joyeux, convivial. On en reparlera….en attendant voici une salade bien copieuse ! Salade de pommes de terre aux moules Pour 6 personnes il faudra mettre dans votre panier : 750 g de pommes de terre à chair ferme 2 échalotes Sel et poivre 2 citrons Quelques câpres (facultatif) Un bouquet d’herbes hachées (cerfeuil, ciboulette, estragon, persil) 200 g de moules décortiquées Un demi concombre 1 botte de radis 1 botte de cresson de fontaine On commence par cuire les pommes de terre pour cela deux méthodes : -sans les éplucher on les fait cuire à l’eau puis on les épluche -on les épluche avant et on les fait cuire au cuit-vapeur Mais on surveille la cuisson, il faut que les pommes de terre restent fermes Quand elles sont cuites et un peu refroidies, on les découpe en rondelles dans un grand saladier, encore tièdes, on verse dessus 3 ou 4 cuillers d’huile d’olive pour les « nourrir ». On épluche, on cisèle les échalotes et on les met avec les pommes de terre. Une pincée de sel et de poivre, le jus des citrons et les câpres enfin les herbes hachées. Pour les moules deux solutions, soit vous acheter des moules en conserve, soit des moules fraîches que vous faites ouvrir avec un peu de vin blanc et d’aromates et que vous décortiquez. On épluche le concombre, on enlève les graines centrales, on le coupe en petits dés ou en rondelles. Préparer les radis et couper-les en rondelles Nettoyer le cresson. Concombre, radis, cresson rejoignent les pommes de terre dans le saladier. Au dernier moment mettre sur le dessus les moules bien égouttées. Cette salade est un plat copieux et nourrissant.
La servir avec des pains différents et même du pain grillé croustillant.
Un vin blanc de Loire à boire frais mais pas glacé, ira fort bien.
Astuces : On peut remplacer les câpres par des cornichons coupés fins L’estragon est une herbe qui s’allie à merveille avec la pomme de terre. On peut remplacer les échalotes par des oignons blancs. Le cresson est trop souvent oublié dans notre alimentation, c’est pourtant une plante savoureuse.

mercredi 26 août 2009

Lait de beauté à la fleur de sureau

Dans ma petite série à faire soi-même, voici un lait nettoyant pour le visage… Je vous ai vanté les bienfaits du sureau en cuisine (vinaigre et vin de sureau), en pharmacopée, voici une autre utilisation : les soins de beauté. Outre ses propriétés nettoyantes et toniques, le sureau est aussi un léger décolorant. Aux XVIIIème siècle et début du XIXème, lorsque la mode était aux peaux blondes sans taches de rousseur, l’eau de sureau était très en vogue.
Lait nettoyant à la fleur de sureau : Il vous faudra 2,25 cl de babeurre 4 cuillers à soupe de fleurs de sureau séchées 1 cuiller à soupe de thym sec 1 cuiller à soupe de miel clair ½ cuiller à café de teinture de myrrhe Mettez le babeurre, les fleurs de sureau et le thym dans un récipient au bain-marie (eau frémissante). Chauffez pendant 30 minutes. Le lait caillé se sépare du petit lait. Enlevez le récipient du feu, mélangez et couvrez avec un tissu perméable (toile de coton). Laissez reposer pendant 2 heures. Réchauffez le mélange au bain-marie. Utilisez une double épaisseur de mousseline ou autre tissu de même genre pour laisser le mélange s’égoutter dans une autre bassine et incorporer enfin le miel et la teinture de myrrhe. Le lait doit être maintenant d’un vert brunâtre. Versez dans un flacon à bouchon ou à couvercle à vis. La couleur est différente de celle suggérée par le nom, car seuls sont utilisés des ingrédients purs et naturels. Les ingrédients végétaux peuvent s’acheter en herboristerie. Prochainement je vous mettrais une recette de crème quotidienne pour les mains…

jeudi 20 août 2009

Magret de canard aux prunes d'Ente

Toujours dans la prune…
Le canard ne peut que bien s’entendre avec la prune d’Ente, pour des fiançailles festives de fin d’été. Ceci n’est pas vraiment une recette, mais plutôt une petite idée salée sucrée.
On commence en préparant les magrets côté peau il faut les entailler en biais en croisillons dans le manteau gras. On dénoyaute les prunes et on les met dans un plat allant au four, on sale et on poivre, si l’on aime on peut rajouter une pincée de cannelle, on dépose les magrets (prévoir un magret pour deux personnes) sur le dessus la viande posée sur les prunes le côté quadrillé vers l’extérieur. On met cuire au four 35 à 40 minutes th 7. On accompagne avec des flageolets ou même de simples haricots blancs. On fera grillé des tranches de pain de campagne pour accompagner ce plat. Si vous ne trouvez ni prunes d’Ente, ni quetsches essayez avec des prunes Reine-Claude ça devrait être très bon aussi. Avec le magret un Buzet rouge s’impose… En Gaulle, c’est dans la province romaine dite « La Narbonnaise » qui s’étendait jusqu’au Quercy actuel que se développa la culture du prunier. Mais il faudra attendre l’an 1300 et le retour de la 3ème Croisade, pour que les moines de l'abbaye bénédictine de Clairac (près d'Agen) hybrident les pruniers de la plaine du Lot avec des plants de pruniers de Damas qu’ils avaient ramenés de Syrie donnant ainsi naissance à une nouvelle variété de pruniers qu’il baptisèrent "pruniers d'Ente" (du vieux français "enter" qui signifie "greffer") Par séchage au soleil des fruits délicieux de cet arbre, ils obtinrent les premiers pruneaux d’Agen, des réserves fruitières indispensables pour les longs hivers à cette époque. La petite cité de Clairac qui mire dans l'eau du Lot ses pieds moyenâgeux, est une perle dans un écrin. De belles maisons à colombages bordent ses rues, une très belle promenade....

mercredi 19 août 2009

Tarte aux prunes d'Ente

Le temps des prunes… Sacha nous fait saliver devant une tarte aux quetsches et je pense que la prune d’Ente celle qui est utilisée pour la confection des pruneaux doit être de la même famille, c'est-à-dire la « prune de Damas », c’est un fruit moins juteux que les autres variétés de prunes, ce qui permet sa dessiccation. Mon amie m’a apporté une belle quantité de prunes, alors j’ai confectionné moi aussi des tartes… On observe souvent sur la prune un petit voile blanc ou translucide, qui reflète la lumière. C'est la "pruine". Il s'agit de paillettes de cire que le fruit produit pour se protéger des agressions extérieures, notamment de la chaleur. Sa présence est donc un signe de qualité. Préparer une pâte brisée (comme précédemment pour la recette de la tarte salée aux tomates cerise), foncer un moule préalablement beurré et fariné. Dans un bol battre 2 œufs avec 3 cuillerées à soupe de sucre et 80g de poudre d’amande, verser cette préparation sur la pâte et disposer joliment les prunes que vous aurez dénoyautées, enfin j’ai rajouté –par gourmandise- une douzaine de pralines roses de Lyon. Mettre à cuire 35 à 40 minutes, dans un four préchauffé, th 6 ou 7 Les prunes d’Ente se congèlent très bien, il suffit de les dénoyauter et de les mettre dans un sac congélation. A vous les tartes en plein hiver….. Avec cette tarte on peut servir une boisson pétillante : clairette de Die, Cerdon, blanquette de Limoux….etc

Vivre à la campagne, un bonheur parfait

mardi 18 août 2009

Tarte salée aux tomates cerise

Pendant trois jours je n’ai pas ramassé mes tomates cerise, alors quand avec mon panier je suis descendue au jardin, je me suis interrogée, que faire avec une telle quantité, d’autant que chaque jour j’en mange à satiété en salade. Finalement s’est cuites au four qu’elles finiront. Une recette de tarte à la tomate, mais celle-là simplissime, à la saveur extraordinaire… Pour la pâte brisée : 250 g de farine tamisée 125 g de beurre 1 cuillerée à soupe rase de sucre en poudre 1 pincée de sel 1 gros œuf
Pour la garniture : Des tomates cerise 1 boule de mozzarella ou des petits fromages de chèvre 1 branche de romarin 1 filet d’huile d’olive
La pâte : mettre la farine tamisée dans une jatte posée sur un torchon plié en quatre. Couper le beurre en petits morceaux le mettre dans la farine avec la cuillerée de sucre et la pincée de sel, travailler du bout des doigts jusqu’à l’obtention d’un sable granuleux, casser l’œuf, mélanger en rassemblant pour obtenir une boule de pâte, on peut ajouter un peu d’eau si nécessaire. Cette pâte brisée peut se faire au robot. Filmer la boule de pâte et la mettre au frigo pour 30 minutes. Pendant ce temps, laver les tomates, équeuter–les, les sécher sur un torchon propre. Couper finement la branche de romarin. Beurrer et fariner un moule à tarte. Etaler la pâte au rouleau à pâtisserie, et foncer le moule avec. Répartir les petites tomates sur la pâte, poser sur le dessus la mozzarella en tranches, le romarin coupé, arroser d’un généreux filet d’huile d’olive. Faire cuire dans un four préchauffer thermostat 7 pendant 30 à 35 minutes. Servir tiède, accompagnée de salade frisée assaisonnée d’une sauce citronnée, on peut aussi mettre un peu de tapenade sur toast grillés, c’est délicieux. La saveur des tomates cerise cuites au four est inimitable… !
Avec cette tarte salée on peut boire un vin rosé très clair dit vin de sable.
Un petit menu :
Tarte aux tomates cerise
Côtelette de veau poëlée
et ses farfalles au beurre
Salade melon et pêches

lundi 10 août 2009

Salade de Marciac

Le pain d’épices vient adoucir la saveur poivrée de la roquette, le magret séché s’accorde bien avec toutes ces saveurs. Savez-vous que l’on doit la création du Magret ou maigret de canard à André Daguin ancien chef de l’Hôtel de France à Auch, c’est en 1959 qu’il met à sa carte ce morceau de canard gras et le succès est toujours là, 50 ans après. Cette salade ressemble à un morceau de jazz…. Il vous faudra pour 6 convives : 180 g de magret de canard fumé en tranches 2 grosses poignées de roquette 3 belles carottes 6 tranches de pain d’épices 2 cuillerées à soupe de vinaigre balsamique 5 cuillerées à soupe d’huile d’olive 1 cuillerée à soupe de graines de coriandre concassées Du sel et du piment d’Espelette Lavez et essorez la roquette. Epluchez les carottes et les couper en très fin bâtonnets. Portez une casserole d’eau salée à ébullition. Plongez-y les bâtonnets de carotte. Faites les cuire 5 minutes puis égouttez-les et laissez-les refroidir. Dans un saladier mettre la salade de roquette, les tranches de magret en les séparant les unes des autres et les carottes, mélangez bien le tout. Répartissez dans le récipient choisi (verre, assiette, coupe, bocal à conserve). Préparez la sauce, mélangez huile et vinaigre la coriandre concassée, le sel et une pointe de piment. Arrosez la salade avec cette sauce. Découpez le pain d’épice en bâton ou en cubes, le faire revenir à sec dans une poêle anti-adhésive quelques instants et le répartir sur la salade. Astuce : si vous en avez dans votre jardin vous pouvez rajouter à la salade 150 g de pois gourmands jeunes que vous faites blanchir en même temps que les carottes. Avec cette salade servez un vin blanc de Saint-Mont un vignoble du Gers tout près de Marciac, vous apprécierez sa finesse, sa rondeur et son bouquet Dans ma Campagne, on va bientôt récolter les prunes d'Ente, celles que l'on transforme en pruneaux, elles font aussi des tartes extraordinaires car elles rendent peu de jus, ce sera le temps des cueillettes....

mercredi 5 août 2009

Salade aux légumes d'été

Les ingrédients pour 4 personnes La salade : 1 poivron rouge 1 poivron vert 2 carottes 80 g de choux blanc émincé 70 g d’olives noires 28 tomates cerise 1 citron 4 brochettes bois La sauce : 5 cuillerées à soupe d’huile d’olive douce 2 cuillerées à soupe de vinaigre balsamique 1 cuillerée à soupe de vinaigre de vin Un peu de jus d’orange Sel et poivre On lave et on essuie les poivrons, on les coupe en deux on enlève les petites graines et toutes les parties blanches, on les coupe en lamelles puis en très petits cubes. On épluche les carottes, on les râpe à la râpe à gros trous. On émince finement le chou blanc. On mélange tous les légumes préparés dans un saladier. On dénoyaute les olives noires que l’on met dans le saladier, on arrose le tout du jus d’un citron. On prépare la sauce en mélangeant tous les ingrédients prévus à cet effet, dans un bol, ou dans une petite bouteille avec un bouchon pour bien secouer. Toute l’originalité de cette salade réside dans la présentation. On enfile les petites tomates cerise sur la brochette en bois par le milieu, en gardant le petit chapeau vert, on présente la sauce dans un petit verre à liqueur. Avec cette salade je vous propose de boire un Bergerac rosé bien frais mais pas glacé et de trancher un joli pain de campagne à la croûte craquante et au parfum délicieux.
Je n'avais pas posté depuis quelques jours, j'avais toute ma petite famille à la maison, alors beaucoup d'occupations, mais aussi beaucoup de plaisir.
Du plaisir j'en ai aussi à vous retrouver, étonnant comme l'on s'attache à des personnes que l'on ne connait même pas ! Alors je vais vite aller vous lire et renouer nos complicités, je vous envoie toutes mes amicales pensées...
Art de vivre dans nos Campagnes
Votre menu :
Salade aux légumes d'été
Pavé de saumon à la sauce aux orties
Framboises à la crème anglaise

Pounti auvergnat

Voici un plat traditionnel auvergnat. Plat paysan qui utilise les produits de la ferme et du jardin potager. On dit l'Auvergnat pingre ...