lundi 25 février 2013

Des trouvailles pour simplifier la vie...

Je ne suis pas très gadgets habituellement, mais là, j'ai trouvé deux petits ustensils fort pratiques.

Le premier c'est une théière/tisanière, qui permet d'utiliser thés et plantes en feuilles, de faire infuser et servir facilement. La contenance est d'1 litre 1/2. L'astuce c'est ce petit filtre amovible au centre de la bulle de verre. On ôte le couvercle violet on met thés ou feuilles de tisane dans ce petit filtre grillagé on verse l'eau bouillante et on laisse infuser, on pose la thèière devant tout le monde, c'est joli à regarder et quand c'est infuser on sert tout simplement.
Pour le nettoyage tout se démonte.
J'ai trouvé cet objet au magasin Fursty de Tonneins, mais on doit pouvoir le trouver chez Gifi ou à la foirefouille.
Le prix est sympa aussi 3,99 euros. Moi qui adore faire le soir  ma petite tisane de verveine du jardin ou de tilleuil de Buis les Baronnies, je suis ravie.

Le deuxième objet est un coupe pommes très pratique. J'achète les pommes bio en grande quantité à l'automne. Pourquoi bio ?  La pomme est un fruit énormément traité. Avec cet appareil on enlève en une seule fois le trognon central et on coupe la pomme en 8 quartiers. C'est ma petite fille qui va être contente. Tiens il faut aussi que j'essaie sur les tomates peut-être que cela marche !




On tient par les deux oreillettes. On centre le petit rond sur la queue du fruit et hop on appuie. C'est pas mal pour faire la compote...et les trognons et éventuellement les épluchures si elles sont bio vous permettront de faire une délicieuse gelée de pommes...pensez-y on ne jette rien !

Mon menu du jour

Carottes râpées aux raisins de corinthe
gratin de choux-fleur au parmesan
Petit Beefteack de boeuf
Minéolas

Ce soir
Riz basmati au confit de poivron de Daucy
yaourth au fruit
Petite tisane de verveine du jardin

Je vous souhaite une belle journée.

Petit message pour les sérials crocheteuses dans l'émission "Comment ca va bien" de Stéphane Berne de Vendredi 22 Février  il y avait un reportage sur l'univers d'Isabelle Kessedjian. Allez vite le revoir en replay.....

Petit message pour les papas : Les oeufs au lait c'est hyper simple même les nuls en cuisine peuvent les faire. Allez y les papas vous aurez droit à une avalanche de bisous des petits becs sucrés...

dimanche 24 février 2013

Le gâteau au Muscat de Rivesaltes de Maïté

 Tout le monde se souvient de Marie-Thérèse Ordonez née Poupart dite Maïté et de sa partenaire Micheline Banzet dans l’émission « La cuisine des Mousquetaires » diffusée sur France 3, j’étais pour ma part une fervente spectatrice.

Maïté est née le 2 juin 1938 à Rion-des-Landes. Quand je pense qu'elle a commencé de travailer à l'âge de 12 ans, je ne peux m'empêcher de lui dire tout mon respect pour son courage.

BIOGRAPHIE MAÏTE

« Cuisinière la plus célèbre de la télévision française, Maïté Poupart commence sa vie active à douze ans en tant que cultivatrice, pour ensuite travailler comme garde-barrière à la SNCF. Tous les dimanches, elle prépare les repas pour les rugbymen de son village de Rion-des-Landes. En 1983, une équipe de France 3 vient justement tourner un documentaire sur l'équipe. Maïté, aux fourneaux, se fait remarquer par le producteur. Elle devient pour des années la star de La Cuisine des mousquetaires ainsi que de l'émission A Table jusqu'en 1999. Grâce à sa notoriété et à sa personnalité hors du commun, elle tourne dans de nombreux films dont 'Vidocq' et cumule les émissions télévisées, détrompant ses parents qui, la trouvant trop désinvolte, lui prévoyaient un avenir sombre. Par ailleurs, on se bouscule à Rion-des-Landes, Chez Maïté le restaurant qu'elle tient avec Pierrot, son mari, pour venir goûter ses recettes généreuses. Aux antipodes de la nouvelle cuisine - chez elle, les portions sont généreuses - Maïté ne se considère pas comme un grand chef, elle revendique au contraire les choses simples et traditionnelles. Elle publie d'ailleurs une série de livres de recettes simples traditionnelles courtes et faciles. Restant la meilleure pour parler des produits du terroir, Maïté marque une génération par son humour et son caractère bien trempé. »

(évene.fr avec le Figaro.fr scope)

J’ai trouvé cette recette dans le livre « la cuisine de Maîté 600 recettes traditionnelles et faciles » aux éditions Michel Lafon. Acheté sur un vide grenier du dimanche pour la modique somme de 1 euro, voilà un livre que je suis bien heureuse de voir dans ma bibliothèque. Après quelques modifications, afin de n’avoir aucun reproche de mes 2 amis j’ai nommé les sieurs cholestérol et diabète, je vous la transmets car elle donne un gâteau moelleux et parfumé qui accompagnera merveilleusement une mousse au chocolat ou une crème anglaise et pourquoi pas de simples œufs au lait.

Ce qu’il vous faut dans les placards ou le panier pour la recette originale de Maïté :

250 g de farine tamisée
250 g de sucre roux (de préférence)
4 beaux œufs
2 sachets de sucre vanillé
1 sachet de levure rose de l’alsacienne
20 cl d’huile
20 cl de muscat très parfumé
Une noix de beurre pour le moule

(Pour moi 180 g d’un sucre roux qui bénéficie de toutes les gousses de vanille que je récupère, donc je ne rajoute pas de sucre vanillé. De plus partant du principe que le muscat est un vin doux naturel déjà sucré, j’ai diminué la quantité de sucre de 50 g). Pour l’huile j’ai choisi une huile d’olive vierge et j’en ai mis 12 cl au lieu de 20.)

On enfile son joli tablier bordeaux bien couvrant, on se lave les mimines, hop c'est parti.

Séparez les blancs des jaunes et montez les blancs en neige ferme après ajout d’une pincée de sel.
Préchauffez le four th 5 (30 x 5 = 180°)

Amalgamez en respectant l’ordre des ingrédients : les jaunes, les sucres, la farine dans laquelle on aura tamisée aussi la levure, l’huile et le muscat. Mélangez lentement pour obtenir une pâte onctueuse.

Introduisez avec précaution les blancs d’œufs montés, versez le tout dans un moule à manqué beurré.

Enfournez à th 5 pendant 45 minutes.

Laissez refroidir sur une grille.

Mon astuce personnelle.Vous pouvez après avoir beurré le moule, le chemiser avec du sucre, cela donnera un petit côté croustillant.
Dernier conseil servez le même muscat que celui utilisé dans le gâteau. Moi j’ai choisi un muscat de Rivesaltes. Et je vous rappelle que l’alcool est entièrement évaporée pendant la cuisson seuls demeurent le goût et le parfum, vous pouvez donc sans crainte partager ce gâteau avec les enfants.

Régalez-vous et merci Maïté pour cette bonne recette.


Un petit rappel avec la recette des œufs au lait pour 3/4 personnes

Cassez 3 gros œufs frais dans une jatte, ajouter 3 cuillerées de sucre (blanc ou roux), battez le tout à la fourchette, pendant ce temps faire chauffer 25 cl de lait avec un sachet de sucre vanillé et un morceau de zeste de citron bio. Versez le lait sur les œufs tout en remuant. Dans une terrine mettre la crème et faire cuire au bain marie dans le four préchauffé th 6 et cela pendant 25 minutes quand le dessus des œufs est « crouté » c’est cuit mais attention il ne faut pas faire bouillir. Faire refroidir.

C’est le dessert favori des guinguettes, des porte-pots lyonnais, des petits bistrots français, si simple et pourtant si doux  alors pourquoi s’en priver.



Ce matin il neige. Il y a quelques jours en arrière il faisait 18°. Cela me rappelle un très vieux dessin animé qui m’avait marquée.
Sous - terre des petits lutins s’éveillent en criant « le Printemps est là ». Ils se vêtent de pyjamas de couleurs différentes et aussitôt entreprennent d’arracher d’énormes blocs de couleur à la montagne qu’ils jettent dans de grandes marmites munies de tuyaux. En bouillant la couleur monte dans les tuyaux qui se transforment peu à peu en artères, et tout là haut en surface, la neige fond, des taches de couleurs éclatent rouges, bleues, jaunes, oranges ce sont les fleurs du Printemps. Mais le vieil hiver ne l’entend pas de cette oreille, il augmente son souffle et tombe la neige, et gèle les mares et les lacs, et souffle le blizzard. Les lutins redoublent d’efforts. Une lutte acharnée s’engage. Chaud, froid, chaud, froid, mais le vieillard s’épuise et finit par renoncer promettant son retour vengeur pour l’année suivante. Le Printemps triomphant s’avance et tout là haut en surface règnent douceur, couleur et doux parfum.

Hé bien c’est un peu ce qui se passe aujourd’hui. Alors il est doux de regarder voltiger les flocons tandis que la cheminée pétille et que la cuisine est baignée d’une indolente torpeur.



Ma copine Hilda à fait ce matin une bonne grasse matinée, mais demain le réveil sonnera tôt. Il est temps de se remettre au travail. Bonne nuit Hilda.

Et bonne nuit à vous. Laissez la lune bercer vos songes que vous viviez en Ville, à la Mer, à la Montagne ou comme moi à la Campagne.



jeudi 7 février 2013

Un peu de tout.....des petits riens



En tout premier je remercie toutes les personnes qui se sont inquiétées de mon absence, toute cette gentillesse me comble de tendresse.

Je me remets lentement de cette profonde fatigue. Comme pendant 10 jours je n’ai rien gardé en alimentation à cause de la gastroentérite, mon diabète s’est complètement déréglé. J’ai du faire un bilan de santé complet en milieu hospitalier et revoir mon traitement. A présent les choses vont dans le bon sens.


Mais je suis tout de même très en colère, j’ai la sensation d’avoir été spoliée du plaisir de ces fêtes de fin d’année, alors déjà j’ai décidé que les fêtes de Pâques seraient exceptionnelles.

Une grande tristesse aussi d’apprendre la disparition d’un ami virtuel. Je ne pensais pas que le départ d’une personne que l’on ne connait pas en chair et en os pouvait faire aussi mal. Je ne sais rien de lui seulement qu’il était un père attentionné, un excellent cuisinier et une belle âme toujours prête à réconforter les autres. Un départ qui pousse à méditer sur la fragilité de nos existences, sur la futilité des préoccupations de certains, argent gloire et beauté. Voilà que mes pensées retournent vers la mélancolie, il faut que je me secoue…

Les fêtes terminées il reste la vie de tous les jours.

En ce 7 février la campagne gasconne se drape de douceur. Certes pour les économies de chauffage c’est une aubaine, mais les cerisiers trompés par cette douceur humide commencent à mettre les bourgeons. Oh les imprudents !

La cheminée du bureau crépite joyeusement et moi j’ai bien du plaisir à retrouver mon blog et surtout toute cette amitié virtuelle qui réchauffe nos cœurs.

Il est de coutume en début d’année de prendre des résolutions, parfois même de changer le cours de sa vie, je ne dérogerai pas à cette tradition.

1 -J’orienterai mon blog cette année vers les mamans et les papas qui chaque jour s’occupent avec tendresse de leur niché. Quelle plus belle façon d’aimer sa famille que celle de lui offrir chaque jour de bons repas équilibrés préparés avec soin. Mais parfois je sais (pour l’avoir vécu moi-même) que ce n’est pas toujours simple, que le soir au retour du travail une question surgit « que vais-je faire à souper ? ».

2 - à chaque fête, j’essaierai aussi de renouer le fil des traditions, d’appuyer la vie sur nos racines pour mieux construire l’avenir, la vie est comme une maison, sans fondation elle manque de solidité.

3 – L’année 2013 sera aussi pour moi un bel anniversaire, le 30 mai il y aura 10 ans que je vis dans le Lot et Garonne, après 25 ans de presqu’île de Saint-Tropez. En temps et heure je vous dirai tout le luxe campagnard que ma région de cœur m’a donné et toute la passion que je lui porte. Car pour moi le luxe n’est pas l’accumulation de biens matériels, mais le fait de pouvoir au quotidien vivre sa vie de la façon dont on le décide, et d’avoir la sagesse de s’en donner les moyens.

Le mois de février s'enrubanne de fêtes, chandeleur, saint-Valentin, Mardi-Gras, une belle occasion d'offrir des fleurs et de faire de la cuisine non !



Pounti auvergnat

Voici un plat traditionnel auvergnat. Plat paysan qui utilise les produits de la ferme et du jardin potager. On dit l'Auvergnat pingre ...