mercredi 28 janvier 2009

Tempête....1999....2009

Je m’apprêtais à vous délivrer la recette des râpées foréziennes, quand dame Nature en a décidé autrement.
Samedi une énorme tempête a sévit sur le Sud-Ouest de la France, plongeant notre région d’Aquitaine dans le chaos et provoquant directement ou indirectement le décès de 11 personnes. On ne compte plus les toits arrachés, les cheminées décapitées, les voitures écrasées ; 2 million de foyers privés d’électricité, de téléphone, d’eau potable, avec les conséquences que cela entraîne. Des sentiments de détresse totale, de rage et d’impuissance, mais aussi d’admiration pour les hommes qui se sont immédiatement mis au travail. Les services d’EDF, du téléphone, des pompiers, des employés des communes concernées, des hôpitaux, ont été exemplaires. Une chaîne d’entraide s’est mise en place. Pour ne rien arranger les fleuves et rivières ont connu une importante montée des eaux, l’Adour, le Lot, la Garonne, la Dordogne étaient en crue. Mais le plus grand désastre ce sont ces arbres couchés, déracinés, déchiquetés. La forêt commençait à peine à se remettre de la grosse tempête de 1999. Certains endroits sont détruits à 60 ou 70 %. Cette forêt des Landes est l’œuvre de l’homme. Pour mieux comprendre lire ceci : http://www.cap-sciences.net/upload/DCO_foret_des_Landes_.pdf
Si la forêt landaise disparaît cette immense région redeviendra une zone marécageuse inondée une grande partie de l’année, impropre à l’implantation humaine. Mais notre littoral atlantique se trouvera lui aussi en danger n’étant plus stabilisé par les arbres.
Voilà c'est un triste bilan, mais c'est aussi un avertissement dont nous devont prendre conscience, il est peut-être encore temps de sauver le monde que nous connaissons pour que nos petits-enfants puissent un jour
dire comme nous : "elle est pas belle, ma France !"

jeudi 22 janvier 2009

Les râpées foréziennes

Les ingrédients pour 4 personnes :
1 kg de pomme de terre
2 oignons
4 oeufs
un bouquet de cerfeuil
quelques brins de ciboulette
du sel du poivre ou du piment d'Espelette
huile de tournesol
On noue son tablier, on lave ses mimines et c'est parti...
On commence par éplucher les pommes de terre et les oignons. On essuie les pommes de terre dans un torchon propre et on les râpe dans un saladier.
On ajoute les oignons cisellés, les oeufs, le persil et la ciboulette, on sale on poivre et on mélange bien le tout.
Une petite remarque s'il vous semble que les pommes de terre rendent trop d'eau après les avoir râpées n'hésitez pas à les transvasez dans une passoire pour les égoutter.
Mettre l'huile à chauffer dans la poêle. Avec une petite louche on verse un peu de la préparation on aplatit avec une fourchette, on fait cuire 3 minutes d'un côté on tourne 2 minutes de l'autre et on sort. On procède ainsi jusqu'à épuisement de la préparation.
Mais on peut aussi faire une grosse râpée (c'est ainsi que faisait ma maman) une fois bien cuite d'un côte on la tourne à l'aide d'une assiette pour faire cuire l'autre face.
Les gourmands rajouteront sur leurs râpées un morceau de fourme de Montbrison et passeront le tout sous le grill le fromage fond, la râpée dore et les gourmands salivent par avance.
Les râpées sont servies sur un lit de salade elles accompagnent les cuisses de grenouilles foréziennes....
Avec on boira un côte du Forez
mais aussi une bouteille de Badoit.
Je vois poindre ta question :
-Pourquoi justement une Badoit ?
- Eh Eh ! La source est ici !
"Eh badadie et badadoie la meilleure eau c'est la Badoit"
Y a pas qu'elle, ici aussi jaillit la source Parot.
Et si pour finir notre repas on s'attaquait à ce parfumé poirat.....

2ème journée dans les Monts du Forez

-Tiens, tu es réveillée ?
-Oui et j'ai dormi, dormi comme un bébé.
-Ah mais je t'y prend devant ta tasse de café, ton portable est ouvert sur...sur l'Astrée !
-Bein oui quoi, je voulais rafraîchir mes connaissances sur la question.
-Alors, qu'en penses-tu ?
-Un roman d'accord, mais un roman de 5399 pages ce n'est pas rien, le premier roman fleuve de la littérature française qui conte les amours d'Astrée et de Céladon.
-Oui en fait c'est 60 livres, un roman à tiroirs, célèbre dans toute l'Europe. j'aime le début écoute :
« Auprès de l’ancienne ville de Lyon, du côté du soleil couchant, il y a un pays nommé Forez, qui en sa petitesse contient ce qu’il y a de plus rare au reste des Gaules… Plusieurs ruisseaux en divers lieux vont baignant la plaine de leurs claires ondes, mais l’un des plus beaux est Lignon, qui vagabond en son cours, aussi bien que douteux en sa source, va serpentant par cette plaine depuis les hautes montagnes de Cervières et de Chalmazel jusque à FeursLoire le recevant, et lui faisant perdre son nom propre, l’emporte pour tribut à l’Océan. » Joli non !
-Oui j'ai hâte.
-Alors c'est parti
Voici le petit château renaissance de la Bastie d'Urfé
C'était splendide, mais à présent j'ai l'estomac dans les talons.
Alors viens je t'emmène on va manger la râpée forézienne...

mercredi 21 janvier 2009

Découverte des Monts du Forez

Les Monts du Forez "Le pays d'Astrée"
Nous voici arrivées. J’ai réservé nos chambres à l’Auberge de Conol dans ce petit village typique de Verrières en Forez. Installons-nous et ensuite je te présenterais la région. Situé au Nord du département de la Loire, les monts du Forez sont une région secrète un peu mystérieuse, en dehors du temps. Le point culminant de ce petit massif c’est Pierre-sur-Haute à 1632 mètres. Mais les autres sommets arrondis où pousse en abondance myrtilles, framboisiers sauvages, bruyères s’appellent « Les Hautes Chaumes », les forêts sont surtout composées de résineux. Région de moyenne montagne les hivers y sont longs et souvent neigeux et font le bonheur des skieurs et les étés courts et moyennement chauds sont propices aux vacances en famille. L’isolement de cette région lui a permis de conserver son authenticité. L’économie principalement tournée vers l’élevage est rurale et sylvestre avec les scieries et la fabrication de meubles. Cette région est bien faite pour m’attirer, moi l’amie du petit peuple des bois, des ruisseaux, des fougères et des vieilles bâtisses. La capitale de ce petit territoire c’est Montbrison une ville qui a conservé sont caractère moyenâgeux. Le point culminant de la visite de la ville est le Musée Allard. Au 1er étage nous découvrirons la plus belle collection de poupées. Les poupées Gégé étaient connues dans le monde entier, la production s’est définitivement arrêtée dans les années 1980. Toutes les petites filles françaises des années 60 ont trouvé au pied du sapin de Noël ces merveilles de délicatesse et de travail bien fait.
La petite cité de Sail-sous-Couzan a conservé son caractère médiéval. Boën nous fera découvrir le travail de la vigne. Le village de Sauvain nous attend pour la visite de son musée rural et de sa magnifique église. Enfin Chalmazel et son château charmeront les amateurs de médiéval que nous sommes. A Usson-en-Forez nous verrons l’Ecomusée du Forez avec son jardin de curé
Je ne peux citer tous les petits villages et leurs trésors, mais si l’envie vous prend de visiter cette région, sachez que la découverte sera permanente. Si comme moi vous aimez les cours d’eau, vous serez gâté. Le Lignon : il prend sa source au point culminant du Forez et se jette dans la rive gauche de la Loire à Poncins, il est alimenté par le Vizezy, l’Anzon, le Chagnon, ce sont toutes des rivières de premières catégories où l’on pêche la truite fario.
L’Anse : Cette petite rivière se jette dans la Loire, elle offre des paysages de conte de fées Au printemps vous aurez la surprise de découvrir des paysages étonnants autour de la commune de Chalmazel vous verrez ça à perte de vue :
des champs de jonquilles sauvages.
Voilà tu connais un peu ce bel endroit. Demain je t’emmènerais visiter le château de la Bastie d’Urfé, tu as entendu parler du premier « roman fleuve » : l’Astrée écrit par Honoré d’Urfé ? Je crois qu’il est temps de descendre notre hôtesse nous à préparer une entrée délicieuse de simplicité une salade à la fourme de Montbrison. Pour cela il vous faudra : Une salade verte comme vous l’aimez : laitue, frisée, scarole, batavia peu importe même les pissenlits du mois de janvier feront l’affaire, une sauce simple mais bien relevée d’ail ou d’échalote, des rondelles de baguettes recouvertes d’un éclat de fourme et passées sous le grill du four au dernier moment on les dépose sur la salade brassée avec les mains, un verre de vin du Forez accompagne merveilleusement cette salade, ici le grand luxe c’est la simplicité. Vous trouverez ici plein de recettes à base du fromage la Fourme de Montbrison. http://www.forez-fourme.com/
Notre repas se poursuit par une truite aux amandes et une rustique mais délicieuse tarte aux myrtilles. Nous sirotons enfin une verveine verte du Velay, dans nos verres, le vert des collines se reflète, tandis que le soleil nous tire sa révérence.
Mais que vois-je, vous êtes fatiguées, déprimées, vous manquez d'allant, vous rêvez d'évasion, d'horizons nouveaux, mêmes vos papilles n'ont plus le goût de la découverte ! Oh la la, c'est grave il faut réagir, grimper sur la chaise de la chambre descendez le grand sac de voyage du dessus de l'armoire. Choisissez des vêtements chauds et confortables, de bonnes chaussures de marche, moi je m'occupe du reste et je passe vous prendre, nous prenons la route, elle sera longue, nous allons dans les Monts du Forez, à nous la campagne et je vous promet du soleil c'est magique....

mardi 20 janvier 2009

Flan de choux de Bruxelles

Eh bien non, ce ne sont pas des mal-aimés, moi je les adore ces petits choux parce que mon papa en cultivait dans son jardin, j'ai appris très jeune à les déguster. Ils sont mignons tout vert, tout rond, aller je vous donne ma recette, je vois que vous en piaffez d'impatience...t'excites pas mon choux....!

FLAN DE BRUXELLES Une recette façon bistrot, parce que j’aime cette cuisine populaire. Pour 6 portions : 500 g de choux de Bruxelles frais ou congelés 3 dl de bouillon de légumes 1 grosse échalote longue et charnue 2 gousses d’ail 2 cuillerées à café de graines de cumin 1 pincée de piment d’Espelette Beurre et huile d’olive Pour la pâte : 1/2 litre de lait 25 cl de crème 6 cuillerée à café de maïzéna 6 œufs Sel et poivre On enfile son tablier et on lave ses mimines… On lave les choux et on les fait cuire dans une casserole d’eau bouillante pendant 5 minutes. On les égoutte et on les met de côté. On pèle l’ail et l’échalote. On émince. On met chauffer l’huile dans une cocotte et on fait revenir l’ail et l’échalote tout en remuant. On ajoute les choux de Bruxelles, le piment et le cumin. On verse le bouillon et on laisse cuire à feu très doux pendant 20 minutes. On prépare la pâte dans une grande jatte, on fouette les œufs et la maïzéna, on verse le lait, la crème, on sale on poivre. On égoutte les choux de Bruxelles on les mélange à la pâte. On verse la préparation dans un moule chemisé de papier sulfurisé beurré (si on utilise un plat antiadhésif c’est inutile). On enfourne dans le four chaud et on fait cuire 25/30 minutes th6 (180°). Préparer ainsi les choux de Bruxelles accompagnent toutes les viandes blanches. On peut servir avec, un vin « Côte Roannaise » rouge.

Salade de pomme de terre aux agrumes

C'est l'hiver. Alors faisons des salades d'hiver, mélangeons les saveurs de tous les légumes et de tous les fruits dont nous disposons, puisque nous avons là une chance énorme que certains pays n'ont pas parce qu'il fait trop froid.
Pour cette salade j'ai utilisé :
500 g de pommes de terre Roseval cuites à l'eau mais restant fermes.
2 pomelos
des olives vertes farcies un peu piquantes
5 noix
1 zeste de citron
1 yaourt
1 grosse cuillerée de mayonnaise
1 cuillerée de vinaigre de vin
sel et poivre
quelques pluches de persil
La sauce est faite avec la mayonnaise, le yaourt, le vinaigre, saler et poivrer, c'est une sauce légère et de bel aspect.
Les pomelos sont coupés à vif pour prélever les suprêmes.
On mélange le tout.
Pour cette salade pleine de fraîcheur l'imagination n'a pas de limite on peut rajouter des dés de jambon ou des anchois ou des rondelles de chorizo ou des dés de cervelas....par contre éviter les fromages.

lundi 19 janvier 2009

Crème au thé Earl Grey

Etrange début de semaine météorologique. D'ailleurs de la logique elle n'en n'a pas vraiment la météo. Samedi 2° et ce matin 13°, quel écart. Un petit vent balance la cime des arbres. Mes chats retroussent le nez et hument ce petit air humide avec dédain. Une semaine commence, aujourd'hui c'est le jour de la lessive. Le mot lessive me rappelle une chanson "les lavandières du Portugal" Tant qu'il y aura du linge à laver, nous boirons de la manzanilla, mais tient au fait qu'est-ce que c'est la Manzanilla, il faut que j'aille voir cela chez l'ami Google.....en tout cas j'ai la chanson dans la tête pour toute la journée...! Vous ne vous souvenez plus de cette chanson pas grave cliquez ici : http://www.youtube.com/watch?v=a6xW_houRpY Voici les petits pots de crème au thé : Pour 4 petits pots il faut : 1 oeuf entier + 2 jaunes (les deux blancs iront au congélateur) 25 g de sucre en poudre 50 cl de lait entier (parce que c'est meilleur) 2 cuillerées à café de thé vert Earl Grey quelques gouttes de colorant alimentaire vert... Je préchauffe le four à 180° et j'y place un plat à gratin avec de l'eau pour le bain-marie Je mets le thé dans une casserole et je verse le lait et je porte à frémissement, je retire immédiatement du feu et je couvre pour laisser infuser. Pendant ce temps dans un saladier je bat à la fourchette l'oeuf entier et les jaunes avec le sucre, je filtre le lait et j'y adjoint le colorant alimentaire, et je verse sur les oeufs battus en mélangeant vivement. Je remplis 4 jolis petits récipients de la préparation et je les mets au bain-marie chaud. Je fais cuire pendant 15 minutes, les crèmes sont tremblotantes à la sortie du four (mais c'est pas qu'elles ont froid...!) Je laisse refroidir, je couvre d'un film alimentaire et je mets au frigo pour deux heures.

dimanche 18 janvier 2009

Pâté « Mariefrance »

Les ingrédients pour un pâté pour 6 convives : 250 g de jambon blanc coupé menu 150 g de chair à saucisse 150 g de viande de bœuf hachée 2 cl de cointreau ou autres alcool 3 pommes « Chanteclerc » 1 cuillerée à café de cannelle 20 pruneaux dénoyautés 1 pâte feuilletée ou brisée -Les quantités sont fonction en fait de votre moule
On enfile son tablier… On se lave les mimines...c’est parti
On beurre le moule. On installe sa pâte en laissant largement déborder les bords. On met au frigo. On épluche les pommes, on les coupe en quatre, on ôte le cœur et les pépins, et on recoupe chaque quartier en 2. On coupe en petits morceaux les pruneaux. On mélange bien la chair à saucisse, la viande hachée et l’alcool. On sort le moule du frigo et on commence le montage : au fond le jambon coupé menu, puis une couche de viande, ensuite les quartiers de pommes parsemés de cannelle les pruneaux coupés puis de nouveaux de la viande et du jambon. On tasse bien au fur et à mesure que ce soit bien compact. On met préchauffé le four pendant 10 minutes à TH 7 soit 210° On rabat d’abord la pâte sur les extrémités on mouille avec les doigts imbibés d’eau, puis on rabat les grands côtés de la même manière, on fait une petite cheminée dans laquelle on glisse un tube de papier sulfurisé. On peut décorer le dessus de son pâté On dore au jaune d’œuf avec un pinceau de cuisine. On met le plat au four pour 35 minutes en ramenant le TH à 6 180°. On peut aussi faire la même chose sous la forme d’une tourte dans un moule à manqué, si on est nombreux c’est peut-être plus pratique.
Je sers un vin de Médoc en accompagnement et une petite salade, pour le soir c'est un vrai petit repas.

samedi 17 janvier 2009

Des envies...hivernales

Bonjour à tous, Ce matin il fait 2° dans mon Lot et Garonne le temps est clair, quelques écharpes de brume s'enroulent autour des arbres dans le creux des vallons, la journée s'annonce belle et ensoleillée. Une bonne matinée pour cuisiner, j'ai envie d'un pâté sucré-salé, avec comme viandes du porc et du boeuf, et puis aussi des pommes cette variété que l'on appelle "Chanteclerc" et que j'aime bien et des pruneaux, le tout cuit dans un feuilleté comme un pâté croûte. Je vais aussi expérimenter une crème parfumée au thé "Anastasia". Voilà je pense de quoi agrémenter au mieux le repas de midi. Bien sûr je vous mettrais les recettes.....

lundi 12 janvier 2009

J'aime...

Quand le vent hurleur souffle très fort, Quand la toux noie les dires du vicaire, Quand les oiseaux songent, assis dans la neige, Quand le nez de Marion est rugueux et rouge. (Shakespeare)

Tôt-fait en deux versions

Préparation 15 minutes Cuisson 30 minutes Pour le gâteau 1ère version : 100 g de beurre + moule 4 œufs 100 g de sucre en poudre Le zeste d’un citron 150 g de farine + moule 1 sachet de levure chimique 30 g de pignons de pin 2ème version glaçage : 100 g de beurre ramolli 70 g de sucre glace 30 g de farine 5 cl de lait 50 g d’amandes effilées
On enfile son tablier, on se lave soigneusement les mimines et hop c’est parti…!

Je fais fondre le beurre au micro-onde et ensuite je le laisse tiédir. Dans une grande jatte je fouette les œufs avec le sucre jusqu’à ce que le mélange blanchisse et fasse le ruban, puis j’incorpore le zeste de citron râpé. J’ajoute la farine tamisée en pluie en mélangeant avec une spatule. J’incorpore le beurre, et enfin la levure après l’avoir tamisée. Je beurre et je farine un moule à manqué et j’y verse ma préparation. Je laisse tomber au hasard les pignons de pin dans la pâte. Je met cuire à four préchauffé 180° th 6, 30 minutes sans ouvrir le four, si la pâte à tendance à trop dorer, baissez la température th 5.

Ceci c’est la première version mais on peut aussi faire ainsi :
Même façon de procéder on ne met pas de pignon, mais un glaçage et on ne fait cuire le gâteau que 20 minutes : Je tourne le beurre avec une cuillère en bois jusqu’à ce qu’il est la consistance pommade, j’incorpore le sucre glace, la farine et le lait et j’ajoute enfin les amandes. J’étale ce glaçage sur la surface du gâteau avec une spatule souple, et je remets le gâteau aussitôt dans le four et je poursuis la cuisson 10 minutes.

J’accompagne la deuxième version d’un vin de Maury, la première se mange au goûter avec un chocolat chaud

Caillettes provençales ou fricandeaux gascons en croûte...

Caillettes dans le Sud-Est faîtes avec de la viande de porc, ou fricandeaux dans le Sud-Ouest faîts avec de la viande de veau ou de lapin, sont donc un peu cousins. On peut tous les deux les faire en croûte accompagnés d’une salade. Prenez le temps de les préparer vous-mêmes c’est tellement meilleur…! Pour 6 personnes : 300 g de pâte feuilletée 1 jaune d’œuf pour dorer 200 g de crépine de porc 250 g de foie de porc 250 g de lard gras 150 g de farce de porc 1/2 cuillerée à café de thym 1 feuille de laurier 1 gousse d’ail 1 bouquet de persil (ou autre verdure : feuilles de blettes, oseille, salade… à votre goût) On enfile le tablier, on se lave soigneusement les mains et c’est parti : On met tremper la crépine dans de l’eau froide. On coupe le foie et le lard en très petits morceaux. On les met dans une grande jatte et on mélange avec le thym et la feuille de laurier coupée. On pèle et on hache l’ail. On ajoute dans la jatte la farce de porc, l’ail haché et la verdure finement ciselée. On mélange. On met préchauffé le four (210° th 7) On égoutte la crépine, on l’étale sur le plan de travail et on découpe des carrés de 15 cm de côté environ. On place sur chaque carré un peu de farce. On enveloppe la farce hermétiquement dans la crépine. On réserve au frais. On étale la pâte feuilletée sur le plan de travail fariné et on découpe 6 carrés de 20 cm de côté. On dépose sur chaque carré une caillette et on l’enveloppe avec la pâte. On soude les bords à l’eau et on dore au jaune d’œuf. On fait une petite cheminée sur chaque croûte. On met les caillettes sur la plaque de cuisson (que l’on passe à l’eau froide sans l’essuyée) On enfourne pour 30 minutes. On sert tiède ou froid avec une salade sauce vinaigrette à l’orange. On peut varier sa farce, mettre moins de viande et rajouter du pain rassis trempé au lait, ou bien des œufs cuits durs écrasés….
On accompagne d’un carte noire rouge des Maîtres vignerons de St-Tropez pour les caillettes D’un Irouleguy rouge pour les fricandeaux

dimanche 11 janvier 2009

La Salade Coleslaw modifiée

Ce n'est pas une recette inconnue que cette délicieuse salade d'origine anglo-saxonne, je l'ai juste un peu modifiée. Les ingrédients pour 6 personnes : 1/2 choux blanc 2 grosses carottes 1 oignon rose de Roscoof 25 cl de babeurre 25 cl de lait (que l’on peu remplacer par de la crème fraîche semi épaisse) 75 g de sucre 3 grosses cuillerées de mayonnaise 3 cuillerées de vinaigre de vin blanc Le jus et le zeste d’un citron Quelques pluches de cerfeuil Sel et poivre On épluche et on lave les carottes et l’oignon. On râpe très finement le choux, les carottes et l’oignon. On mélange dans un grand saladier : le sucre, le sel le poivre, la mayonnaise, le lait ou la crème, le babeurre, le vinaigre, le jus de citron et le zeste. On mêle les légumes râpés à la sauce et on n'hésite pas à mélanger le tout directement avec les mains. Çà c’est la recette originale. N'aimant pas le babeurre et évitant le sucre je fais ma sauce ainsi : Je mélange dans mon grand saladier : le sel et le poivre, la mayonnaise, le lait ou la crème, 2 petits suisses, le vinaigre, le jus et le zeste du citron. Si la sauce me semble trop puissante, je l’adoucie avec une cuillerée de miel. Je rajoute aux légumes quelques raisins blonds sec. Je décore avec de la ciboulette ou du cerfeuil qui apportent plus de fraîcheur mais on peu aussi mettre de la menthe. C’est une salade d’hiver géniale qui convient bien au Dimanche et qui accompagne le saumon fumé avec brio. Avec cette salade et du saumon : je sers un Riesling vin blanc d’Alsace frais

mardi 6 janvier 2009

Saucisses blanches et salade de pommes de terre

Les ingrédients pour 4 convives : 1 kg de pommes de terre à chair ferme 1 bouquet garni 2 oignons jaune 2 oignons verts ou des aillets 3 cuillerées à soupe d’huile d’olive 6 cuillerées à soupe de vinaigre de cidre 2 échalotes 4 saucisses blanches allemandes ou boudins blancs 1/2 bouquet de persil On rince les pommes de terre épluchées et on les fait cuire à l’eau salée avec le bouquet garni à couvert 15 minutes . On les sort avec une écumoire, on réserve dans un plat creux pour faire refroidir. On les coupe en rondelles. On ne jette pas l’eau de cuisson. On épluche les oignons et on les hache. On en fait dorer la moitié dans 3 cuillerées d’huile d’olive. On mouille avec 15 cl d’eau et le vinaigre de cidre et les échalotes ciselées. On porte à ébullition. Saler et poivrer. Laisser réduire un peu et verser cette marinade sur les rondelles de pomme de terre que l’on va laisser macérer pendant 1 heure. Dans le jus de cuisson des pommes de terre mettre les saucisses à cuire doucement pour 30 minutes après les avoir piqué avec une aiguille. On émince les oignons jeunes ou les aillets. On présente la salade de pommes de terre persillée accompagnée d’une saucisse blanche et pour ceux qui aime d’une moutarde sucrée au miel.
Pour accompagner ce plat : Un Buzet rouge domaine de Tauzat

Il a neigé...

La neige est là. Première apparition le 26 décembre, les anciens disent que les 12 jours entre Noël et l'Epiphanie nous donnent la tendance météo de l'année. Donc le mois de janvier serait froid et neigeux et le mois de décembre 2009 itou.
C'est beau à regarder, il fait 0° donc pas très froid. Des envies de plats mitonnés nous viennent : pot au feu, poule au pot, boeuf bourguignon, blanquette de veau, des soupes parfumées.
J'aime bien cette période de l'année où la maison devient un havre de chaleur. Pendant tout le mois de janvier on tire les rois et le temps des crêpes et des bugnes n'est pas loin. Près de la cheminée le chat ronronne...on est bien !

dimanche 4 janvier 2009

Poulet sauce moutarde à l'herbe

Les ingrédients pour 4 personnes: 4 blancs de poulet fermier 500 g de choux de Bruxelles frais 500 g de pleurotes 3 échalotes De l’estragon ou du cerfeuil ciselé (suivant vos goûts) 2 cuillerées à soupe d’huile d’olive 50 g de beurre 1 cuillerée à soupe de farine de maïs 1 grosse cuillerée de moutarde de Dijon 50 cl de bouillon de volaille 2 grosses cuillerées à soupe de crème fraîche épaisse Sel et poivre On commence par faire cuire les légumes d’accompagnement. Après nettoyage on plonge les choux de Bruxelles dans une eau bouillante salée pour 15 minutes. Après triage et surtout sans les laver, on fait revenir les pleurotes dans de l’huile chaude. Saler, poivrer. On laisse cuire à couvert à feu doux. Pendant ce temps dans une autre poële, on fait revenir les blancs de poulet dans l’huile d’olive 4 à 5 minutes sur chaque face suivant leur épaisseur. On réserve dans une feuille de papier aluminium pour que la viande se détende. Faire fondre le beurre dans la poêle où a cuit la viande. On fait revenir les échalotes que l’on saupoudre de la farine de maïs et on fait dorer. On mouille avec le bouillon de volaille. On laisse réduire de moitié. On mélange l’estragon ou le cerfeuil ciselé, la moutarde et la crème fraîche à la sauce. On sale on poivre On sert un blanc par personne, accompagné de choux de Bruxelles, de pleurotes et de la sauce moutardée à l’herbe. On peut décorer d’une pluche de cerfeuil ou de zestes d’orange et d’amandes grillées. Servir avec ce plat un Côte du Rhône ou un Pierrefeu rouge (vin du Var)

samedi 3 janvier 2009

Lentilles à la Ponotes

Nous avons régalé nos papilles, de mets sublimes, de saveurs exotiques, de goûts délectables mais nos estomacs demandent grâce, trop c’est trop, il est temps de redécouvrir des saveurs enfouies dans nos mémoires. Passé le 6 janvier, je trouve que ce mois se prête bien aux plats rustiques. Mais qui dit rustique ne dit pas rustaud. Telles ces lentilles doucement mijotées avec un compagnon inattendu le choux milan, et qui accompagnent dignement les petites saucisses ardéchoises. Un plat nourrissant, mais aussi goûteux, alors ne nous privons pas…. Lentilles ponotes Liste des ingrédients : Des lentilles vertes du Puy-en-Velay 1/2 Choux de milan 2 oignons 2 gousses d’ail 250 g de lardons fumés Huile d’olive 2 échalotes Petit bouquet de persil Bouquet aromatique (carotte, poireau, céleri, oignon piqué de deux clous de girofle) Je fais cuire les lentilles comme indiqué sur la boîte, avec le bouquet aromatique. Je coupe en fines lamelles le choux et je le faire cuire dans de l’eau bouillante. Dans une cocotte en fonte, je fais chauffer l’huile d’olive dans laquelle je fais revenir oignons, échalotes, ail, coupés en fins morceaux, je mets les petits lardons, je laisse rissoler le tout pour que les saveurs se mélangent. Je mets les lanières de choux égouttées, le bouquet de persil haché, je mélange le tout sur feu doux. Je mets mes lentilles, et j’arrose doucement avec un peu du jus de cuisson, je laisse mijoté 20 minutes. Je sers avec des petites saucisses d’Ardèche revenues à la poêle avec un verre de vin blanc de Gaillac.

Pounti auvergnat

Voici un plat traditionnel auvergnat. Plat paysan qui utilise les produits de la ferme et du jardin potager. On dit l'Auvergnat pingre ...