Les cocottes de veau au raisin

Il y a peu Sacha (du blog le journal gourmand de Sacha) nous rappelait la règle des 5  ici. Il ne s’agit pas du club des 5 (Claude, Annie, François, Michel et Dagobert) qui ont ravi notre enfance, non il s’agit d’une règle en cuisine : les 5 ingrédients principaux.
Je n’ai jamais suivi d’école de cuisine, j’ai appris en regardant faire mon père (qui fut pendant quelques années de sa jeunesse commis cuisinier chez les Jésuites), en observant aussi ma Belle-mère qui était une remarquable cuisinière et a tenu bien avant l’heure une ferme-bistrot-auberge, ma curiosité m’a aidé, mes lectures aussi, mais depuis toujours cette règle des 5 me semble primordiale par son évidence.
Plus on multiplie les ingrédients, et plus on risque l’erreur de mariage, alors je sais que certains plat complets sont de grandes réussites : le couscous, la paëlla, entre autres, mais il est vite facile de déraper en voulant faire bien, dans le sens du plus, on « écrase » les saveurs, et nos papilles ne s’y retrouvent pas. C’est surtout valable pour la création d’une recette, mais aussi pour la cuisine de tous les jours.

La cocotte de veau au raisin, est un plat de copains, que l’on peut faire à l’avance, plus c’est réchauffé meilleur c’est. En été on remplace bien entendu la boîte de tomates par des tomates fraîches les olivettes de plein champ.

1. Mettre tremper les raisins de Corinthe dans de l’eau tiède.
2. Eplucher les carottes, les oignons, les couper en petits dés, faire de même pour les branches de cèleri en gardant uniquement la partie branche, utiliser la partie feuille pour la soupe du soir.
3. Couper la viande de veau en gros cubes.
4. Faire griller les pignons à sec dans une poêle antiadhésive. Réserver.
5. Faire chauffer à feu modéré 3 cuillerées d’huile dans la poêle, y faire revenir pendant 5 bonnes minutes les légumes, oignons, carottes, cèleri, bien remuer. Verser le tout dans la cocotte en fonte.
6. Dans la poêle faire fondre la moitié du beurre avec la dernière cuillerée d’huile. Quand le beurre chante, mettre les cubes de viande que l’on fait dorer de tous les côtés, puis les mettre dans la cocotte avec les légumes.
7. Ouvrir la boîte de tomate et la verser sans la cocotte.
8. Verser le vin blanc, saler et poivrer. Fermer la cocotte, à l’ébullition baisser le feu et laisser mijoter pendant 1 heure 30.
9. Egoutter les raisins et les mettre dans la cocotte. Ajouter le beurre restant et laisser à découvert pour que la sauce devienne onctueuse.
10. Répartir dans les petites cocotes, parsemez de pignons grillés et accompagner de riz blanc.

On peut très bien préparer ce plat à l’avance et faire réchauffer dans les petites cocottes pour le soir. Un plat à partager entre copains avec une belle salade et des crêpes…

Avec ce plat un vin des coteaux d'Ardèche convient bien.


Je vous souhaite une belle et bonne journée...à la Campagne, à la Mer, à la Montagne!

Commentaires

  1. Tu as raison, le mieux est parfois l'ennemi du bien... Certaines de mes recettes sont complexes avec bien trop d'ingrédients, alors même si certains se répondent et froment des harmonies au sein de la recette, le palais a parfois du mal à s'y retrouver...

    RépondreSupprimer
  2. Hé bien tu vois, j'ignorais cette règle et finalement elle est pleine de bon sens. Je suis assez classique dans ma façon de cuisiner mais il m'arrive de vouloir faire un peu plus sophistiqué et là, j'ai un peu tendance à finalement mettre trop de produits, ce qui tue le goût.
    Je me souviendrai de cette règle !
    Bon rétablissement à toi, j'espère que ça va un peu mieux ce soir,
    Amitiés,

    RépondreSupprimer
  3. Il m'est arrivé un jour de cuisiner un lapin en ajoutant plein de petits légumes("plus il y en a, meilleur c'est" croit-on parfois). Eh bien, je me suis aperçu de ma lourde erreur ! Merci de cette info, facile à retenir. Les cocottes, j'en ai eu à Noël et je reviendrai te voir. Très bien, l'idée d'avoir des plats à réchauffer. A une prochaine.

    RépondreSupprimer
  4. Je ne connaissais pas cette règle ... en même temps, mes connaissances en cuisine ne sont pas bien étendues.
    Cette recette me plait bien car, là aussi, je connais tous les ingrédients et les aime tous.
    Merci beaucoup,

    RépondreSupprimer
  5. Intéressant, la règle des 5... Je retiens! Merci pour ce savoir, élémentaire mon cher Watson! Marie

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Vos remarques, vos petites visites, sont pour moi des rayons de soleil, merci pour cette douce chaleur.

Posts les plus consultés de ce blog

Salade de haricots verts frais à la paysanne

Lomo au piment d'Espelette et oignons grelots

Les pommes de terre nouvelles de l'Ile de Ré