Le barboton

La cuisine rustique c'est chic : on redécouvre avec plaisir les plats d'une cuisine rustique, une cuisine de bistrot ou de pension de famille, alors voici une vieille recette stéphanoise.
Le barboton D’abord il y a le mot que je trouve très joli. Il me fait penser à une mère canard suivit de ses petits, barbotant dans une mare, mais aussi à ces vases et pichets que l’on appelle barbotines et également au verbe barboter qui signifie patauger, s’asperger en eau peu profonde en s’amusant. Oui c’est vrai ce mot là tout de suite nous parle d’enfance, de jeux aquatiques, de plaisir et de rires… Mais en cuisine, pourquoi se terme ? Peut-être parce que le principe du barboton est de faire cuire doucement lentement et dans une quantité de liquide toujours égale et renouvelée des légumes et de la viande. J’ai vécu à Saint-Etienne de 1961 à 1970. Le barboton était très souvent le menu du Dimanche. C’est en effet de cette région qu’il est issu. Il existe des variantes, on parle de « Barboton Stéphanois », « barboton lyonnais », et même « barboton ardéchois ». Si la base du barboton est la viande d’agneau, j’ai connu des barbotons seulement agrémenté de lardons et où pommes de terre et carottes avaient la part belle, non point par goût, mais par nécessité, la viande d’agneau étant chère et la région stéphanoise étant avant tout ouvrière. Mais quand mon père amenait sur la table, la grosse cocotte en fonte noire où avait mijoté pendant 2 heures (et parfois plus) le barboton, qu’il enlevait théâtralement le couvercle, laissant échapper une buée odorante, nos estomacs s’affolaient, nos nez humaient le puissant parfum, et ma sœur, dont l’appétit d’oiseau faisait le désespoir des parents, tendait son assiette avec des yeux pétillants d’envie.
Pour faire le barboton il vous faudra : 600 g (environ de viande d’agneau si possible avec un os) 6 carottes 6 pommes de terre 2 oignons jaunes Du laurier et du thym Des petits lardons Faire fondre les lardons dans une cocotte en fonte, ajouter les oignons coupés finement, puis la viande coupée en cubes. Bien remuer. Laisser colorer la viande, ajouter l’os, puis ajouter les carottes, après quelques minutes, ajouter le bouquet garni et mouiller d’un bon litre d’eau ou de bouillon. Quand le liquide est à ébullition mettre les pommes de terre, et baisser le feu au maximum. Laisser cuire 2 heures. Servir quand les légumes sont bien moelleux. Les enfants aiment bien rajouter un peu de concentré de tomate en tube et écraser les légumes dans l’assiette. On peut boire un bon vin rouge des côtes du roannais...
Petite visite à mon amie Mireille, chez qui les animaux coulent une retraite dorée, y compris pour le cochon chinois Basile

Commentaires

  1. Bonjour Canotte!

    Je n'étais pas venue te visiter depuis des lustres, par manque de temps surtout... Je tenais absolument à te dire comme j'ai plaisir à te lire, c'est comme de la poésie. Tes mots sont évocateurs et font image. Tu as un réel talent pour l'écriture. J'ai adoré cette histoire du barboton que je ne connaissais pas. Merci de ce plaisir que tu me donnes!

    RépondreSupprimer
  2. Que de beaux et bons souvenirs nous présentes-tu avec ce mythique barboton !
    Je suis originaire de la Bourgogne sud à peine 80 km de Lyon et chez nous aussi notre maman le cuisinait , plat tout simple presque pauvre mais le plaisir de le voir sur table et de le déguster n'avait rien a envier à tout autres riches plats !
    Merci Cannot j'aime venir te visiter car lorsque je te lis , mes pensées s'évadent et j'en suis heureuse ...
    Je te souhaite une belle et bonne semaine
    A++Sacha

    RépondreSupprimer
  3. Mais je ne le connaissais pas ce barboton ! Tu as raison Canotte, les plats rustiques sont à la mode, tendance comme on dit, dans les bistrots. Mais moi je les ai toujours aimés et l'hiver approchant ils sont les bienvenus.
    J'aime ces plats aux doux noms évocateurs de chaque région, il faut absolument les préserver. Grâce à toi, j'en connais un de plus.
    Amitiés et bonne semaine,

    RépondreSupprimer
  4. Merci Canotte de ton petit mot en retour, je l'avais eue moi aussi de mon côté, j'espère très sincèrement qu'elle va nous revenir avec de bonnes nouvelles.
    Bisous à toi,

    RépondreSupprimer
  5. Je me souviens moi aussi du fameux barboton de mon pere partageons cette delicieuse recette

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Vos remarques, vos petites visites, sont pour moi des rayons de soleil, merci pour cette douce chaleur.

Posts les plus consultés de ce blog

Salade de haricots verts frais à la paysanne

Lomo au piment d'Espelette et oignons grelots

Les pommes de terre nouvelles de l'Ile de Ré