jeudi 26 novembre 2009

Pain d'épices de Varsovie


Parmi tous les pays européens chers à mon cœur, il en est un que j’affectionne particulièrement c’est la Pologne. Ceci pour deux raisons.
Ma meilleure amie, celle qui a partagé avec moi le temps merveilleux et parfois douloureux de l’adolescence, s’appelait Rejzwick, son père et sa mère était des gens simples merveilleux de générosité.
La deuxième raison qui fait que la Pologne m’est précieuse, c’est qu’elle est le dernier pays où mon animal totem vit encore en liberté : le Bison d’Europe. On trouve des bisons européens en France dans les monts de la Margeride près de Sainte-Eulalie (pour plus de renseignements cliquez  ici  :   c’est une expérience formidable à tenter avec des enfants en âge de comprendre la fragilité de notre environnement) mais ils sont entourés de fils électriques.
S’il est un pays que j’aimerais connaître, c’est celui-ci. Mais le simple fait de parler voyage m’angoisse.
En cette période de préparatifs de Noël, je trouve intéressant de se tourner vers les autres pays qui forment notre communauté, de mieux connaître leurs coutumes.

Comment se déroule un Noël en Pologne ?

C’est un pays de grandes traditions dont l’histoire est jalonnée de déchirements entre Allemagne et Russie. La religion est importante et du plus humble hameau à la plus grande cité les fêtes de Noël y sont célébrées.
Le 24 décembre dès que le crépuscule tombe, que le froid et la nuit s’avance, les enfants surveillent l’apparition de la première étoile, c’est elle qui marque le début des festivités, le moment de se mettre à table.
La fête commence par une tradition chrétienne, quand tout le monde est assis on rompt le pain azime en échangeant des vœux. Temps de paix, de réconciliation, de partage. Une fois installé à table personne ne se lèvera plus jusqu’à la fin du repas, c'est pourquoi les plats sont tous présents sur la table dès le début.

La paille de Noël, sous la nappe les parents cachent un petit tas d’herbes séchées   (qui symbolise la crèche). Les enfants tirent les brins de paille, celui qui trouvera le plus long deviendra peut-être centenaire… !

Le menu de Noël traditionnel est composé de 12 plats, potages, salade, poissons bouillis, fumés, ou en gelée, raviolis aux farces diverses, compote de fruits secs, de fruits frais et de gâteaux aux graines de pavot. La veille de Noël est un jour maigre y compris chez les non pratiquants. C’est l’attente, le recueillement.
Le plat principal est la carpe au four accompagnée de pommes de terre (comme pour nous la dinde aux marrons).
Quelques jours avant Noël apparaissent sur les marchés des piscines à carpes vivantes.
Les crèches sont féeriques et font l’objet de concours très prisés.
Un Noël plus spirituel, plus centré autour de la famille et donc moins commercial que chez nous. Ce sont les enfants qui fabriquent les décorations du sapin et de la table.
Sur la table il y a toujours un couvert mis où personne ne s’installe, il représente ceux qui ont quitté ce monde.
Le 25 et le 26 Décembre la famille, les amis se reçoivent et passent pratiquement ces deux journées à table, les viandes rôties, les fricassées, les ragoûts sont de la fête, bonbons, chocolats, gâteaux de toutes sortes préparés à l’avance font la joie de tous.
Tout cela est arrosé de vodka au miel (et la vodka polonaise, la vraie, croyez moi ça déménage environ 70° et parfois plus).


Le pain d’épice de Varsovie ou Piernik Warszawski (en plaisantant mon oncle disait que les polonais finissaient tous en ski… !)

125 g de miel
12,5 cl de bière blonde
15 g de beurre
2 œufs
1 sachet de levure chimique

250 g de farine
25 g de noix en petits morceaux
3 cuillerées à soupe d’écorces d’oranges confites
1 cuillerée à soupe de gingembre moulu
5 clous de girofle moulus
10 grains de piment de la Jamaïque moulus
40 g de petits raisins de Corinthe
1 cuillerée à café de cannelle en poudre
3 cuillerées à soupe d’arack ou de rhum.



1. Dans une casserole à hauts bords, faire fondre le miel à petit feu. Quand celui-ci est fluide ajouter hors du feu la bière (attention ça peu mousser…)

2. Ajouter les jaunes d’œufs, et les blancs battus en neige. Mettre tous les épices et l’alcool. Finir par la farine et la levure que vous aurez tamisées ensemble.

3. Bien mélanger à l’aide d’une cuillère en bois, jusqu’à obtention d’une pâte lisse et homogène.
4. Ajouter alors seulement les noix, les raisins, et les zestes d’orange que vous aurez légèrement farinés.
5. Versez dans un moule à cake enduit de beurre.
6. Faire cuire pendant 60 minutes dans un four doux à 150°. Surveiller la couleur en fin de cuisson, couvrir d’un papier alu si nécessaire.
7. Ce pain d’épices se conserve dans une boîte métallique ou enveloppé de papier aluminium. On peut faire des pains d’épices individuels avec un moule à muffins.


Pour la première fois j'ai utilisé un moule en silicone et je dois dire que c'est vraiment très pratique.

Pour accompagner ce pain d'épices, vous pouvez bien sur sacrifier au rituel de la vodka polonaise, mais je vous conseil plutôt un vin doux naturel le "Maury" ou un  muscat beaumes de Venise.

9 commentaires:

  1. Quelle bonne idée, Canotte, ce voyage en Europe. Et ça m'a l'air, une fois de plus, bien bon !

    RépondreSupprimer
  2. Ce pain d'épices est un bonheur. Seul hic, beaucoup de ma garniture est tombée au fond malgrè que je les avais farinés.Donc la prochaine fois, je mettrais un peu de pâte de la garniture farinée, puis repâte et re garniture. ça sera peut-être mieux réparti.J'aime bien l'idée des enfants qui guettent la première étoile au ciel.
    Bonne soirée Odile.

    RépondreSupprimer
  3. Une vraie Merveille ce pain d'épices:)xxx

    RépondreSupprimer
  4. merveilleux..estc la même recette utilisée pour le pain d'epices qui est fourre aux beias rouges et qui est assez plat??? je crois que le nom est prianiki tout simplement...d'ailleurs si tu as uen recette je suis preneuse

    RépondreSupprimer
  5. Quelle merveilleuse idée Canotte de faire revivre les traditions de Noël des autres pays ! Je ne connais pas la Pologne mais il parait que Varsovie est une ville superbe. Ce pays ne se cantonne pas à sa capitale, et j'imagine qu'il y a beaucoup à voir en se déplaçant dans les différentes régions. J'ai eu l'occasion d'aller en Tchécoslovaquie plusieurs fois (avant qu'il y ai scission et après) et on y mange aussi la carpe. A la même époque j'étais allée aussi en Hongrie, un pays que j'ai adoré. J'aime ces pays de l'Est, leur culture, leur littérature, la musique et les gens qui sont très hospitaliers.
    Je crois - je suis même sûre - que ce très beau pain d'épices ferait le bonheur de mon petit mari, personnellement je n'en suis pas fan, je n'ai jamais aimé le goût de ce gâteau. Je vais lui faire la surprise de lui en préparer un.
    Je te souhaite une belle et douce soirée,
    Amitiés,

    RépondreSupprimer
  6. Je n'ai jamais fait de pain d'épices, mais je l'adore au goûter tartiné de beurre, miam !
    Qu'elle doit être belle cette table avec ces douze plats prêts d'avance !
    Bises.

    RépondreSupprimer
  7. Bonjour,

    Je suis polonaise d'origine est chez nous le peinik est toujours présent à Noel.Si tu veux je te laisse le lien de mon pain d'épice.POur noel, on le tranche en deux et on mets de la confiture de prune et ensuite on le recouvre de chocolat.

    Bonne journée!

    http://annacuisine.canalblog.com/archives/2006/12/28/3525491.html

    RépondreSupprimer
  8. Tu sais que j'aime particulièrement ce que tu fais et une petite surprise t'attend demain sur mon blog...à bientôt

    RépondreSupprimer
  9. Merci pour ce beau billet qui nous fait découvrir pour notre plus grand plaisir les traditions de Noël de la Pologne grâce à toi j'ai appris
    Je pense que ce pain d'épices doit avoir une saveur particulière due à la bière ( encore une belle découverte !)
    A++Sacha

    RépondreSupprimer

Vos remarques, vos petites visites, sont pour moi des rayons de soleil, merci pour cette douce chaleur.

Pounti auvergnat

Voici un plat traditionnel auvergnat. Plat paysan qui utilise les produits de la ferme et du jardin potager. On dit l'Auvergnat pingre ...