vendredi 12 décembre 2008

Les vins du Ventoux : "La Confiture de Vin"

Les vins du Luberon
Deuxième étape, deuxième jour. Les côtes du Ventoux, Un géant : le mont Ventoux. S’il est redouté par les cyclistes du Tour de France, il est aussi le gardien des portes de Provence. La vigne a vite trouvé sols à sa convenance dans cette région.
Déjà, avant les Romains et les conquêtes de César, les peuples des confédérations dites Celto-ligures et notamment celle des Albiques entre le Pays d'Aigues et le Ventoux avaient appris à fabriquer le vin et avaient construit un peu partout des cuves vinaires creusées à même le roc. Certain châteaux de cette région ont des vins merveilleux, après la visite du caveau, ils proposent une visite enchanteresse de leur jardin c’est le cas du domaine Val Joanis potager et espace d’agrément romantique vont vous charmer, ici la perfection est une quête. http://www.val-joanis.com/
Mais revenons aux vins, Les blancs sont francs jovials et fruités. Ils accompagnent les entrées de toutes sortes. Les rosés, légers, conviviaux, sont parfaits avec les poissons, les fruits de mer, ou à l’apéritif Les rouges sont mes préférés ronds, d’une belle couleur rubis lumineuse, ils enluminent le palais, ce ne sont pas des vins que l’on oublie facilement. Ici les hommes, le vent, le soleil, le gel aussi, ont sculpté le paysage. Parce qu’ici il fait froid l’hiver, quand le Mistral souffle après être passé sur les neiges alpines, mais l’avantage c’est que le ciel prend ces jours là la couleur du manteau de la vierge Marie.
Lorsque je parle du Mont Ventoux, me vient immédiatement en mémoire le texte des 3 messes basses d’Alphonse Daudet : « La nuit était claire, les étoiles avivées de froid ; la bise piquait, et un fin grésil, glissant sur les vêtements sans les mouiller, gardait fidèlement la tradition des Noëls blancs de neige. Tout en haut de la côte, le château apparaissait comme le but, avec sa masse énorme de tours, de pignons, le clocher de sa chapelle montant dans le ciel bleu-noir, et une foule de petites lumières qui clignotaient, allaient, venaient, s'agitaient à toutes les fenêtres, et ressemblaient, sur le fond sombre du bâtiment, aux étincelles courant dans des cendres de papier brûlé... Passé le pont-levis et la poterne, il fallait, pour se rendre à la chapelle, traverser la première cour, pleine de carrosses, de valets, de chaises à porteurs, toute claire du feu des torches et de la flambée des cuisines. On entendait le tintement des tournebroches, le fracas des casseroles, le choc des cristaux et de l'argenterie remués dans les apprêts d'un repas ; par là-dessus, une vapeur tiède, qui sentait bon les chairs rôties et les herbes fortes des sauces compliquées, faisait dire aux métayers, comme au chapelain, comme au bailli, comme à tout le monde : Quel bon réveillon nous allons faire après la messe ! » Voilà un livre à redécouvrir pour le plaisir, avec les enfants pendant les fêtes de Noël « Les lettres de mon moulin » Mais Dom Balaguère et Garrigou ne connaissaient pas cette recette….. La confiture de vin 1 litre de bon vin des côtes du Ventoux 2 clous de girofle 2 bâtons de cannelle 1/2 citron avec sa peau bio si possible Quelques graines de coriandre 1 kg de sucre (spéciale confiture genre confisuc) Versez le vin dans une bassine à confiture, ou autre, ajoutez tout les épices. Laissez infuser à froid toute une nuit Placez la bassine sur le feu jusqu’à ébullition laissez bouillir 3 minutes. Ajouter le sucre et tournez pendant six minutes avec une cuillère en bois à partir de l’ébullition. Passez les bocaux à l’eau bouillante. Préférez plusieurs petits bocaux. Versez à chaud la confiture encore liquide en la filtrant dans les bocaux : fermez. Retournez les bocaux tête en bas et laissez refroidir pendant vingt quatre heures. Ornés d’une drôle d’étiquette d’un petit nœud, vos bocaux seront des petits cadeaux sympa et pas chers pour vos amis. En accompagnement du foie gras cette confiture est irrésistible. Avec les viandes blanches elle est parfaite aussi. Mais moi je l’aime beaucoup servie avec un petit fromage de chèvre frais de banon et une tranche de pain de campagne toastée...un régal !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Vos remarques, vos petites visites, sont pour moi des rayons de soleil, merci pour cette douce chaleur.

Pounti auvergnat

Voici un plat traditionnel auvergnat. Plat paysan qui utilise les produits de la ferme et du jardin potager. On dit l'Auvergnat pingre ...